Catia Luperto, chargée de communication, Assura

Au cours des ses deux dernières années d’études de Lettres (français, anglais, psychologie), Catia Luperto effectue un stage en communication institutionnelle au sein du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme. Cette expérience sera décisive dans le choix de son orientation professionnelle.

Son Master en poche, elle décroche un nouveau stage de neuf mois dans une agence de relations publiques et communication, qui lui permet d’appréhender différentes activités comme la rédaction, l’organisation d’événements ou encore les relations avec les médias. Simultanément à ce stage, elle entreprend une formation à l’Institut suisse de relations publiques (SPRI), où elle obtient un certificat de Praticienne en relations publiques. Deux ans plus tard, elle parfait ses connaissances avec le brevet fédéral de Spécialiste en relations publiques.

Sa fonction

En tant que chargée de communication chez Assura, Catia Luperto travaille dans une petite équipe. Elle est responsable de mettre en place la stratégie de communication ainsi que d’implémenter et suivre des projets. L’intérêt de travailler dans une petite structure est le large champ d’action : communication institutionnelle interne et externe, relations médias, gestion du site Internet et son référencement, réseaux sociaux, événements, communication de crise.

Chargé de communication est un métier de généraliste : il requiert un peu de connaissances dans beaucoup de domaines, une bonne culture générale, et des compétences pointues telles que la rédaction, les outils de communication, les relations médias, notamment.

Le secteur de la communication

La communication implique de donner de la visibilité aux choses : il s’agit d’extraire l’information, la reformuler, puis la remettre dans le bon ordre et la bonne forme. Le secteur de la communication est très varié et a l’avantage d’être présent dans presque toutes les entreprises. La communication s’apprend, ce n’est pas une faculté innée !

Les possibilités d’accès dans ce secteur sont diverses et se combinent la plupart du temps: on peut débuter par un stage, effectuer des formations professionnelles en emploi, se former en autodidacte en participant par exemple à l’organisation d’évènements, ou encore s’inscrire aux newsletters professionnelles (Cominmag, SRRP, etc). Pour mettre toutes les chances de son côté, on peut se former préalablement à quelques spécificités du métier, mais on ne peut pas tout prévoir. Il y aussi une part de chance lors de la sélection.

Les stages sont valorisants

Les stages, effectués en cours ou à la suite des études, représentent un vrai plus pour l’acquisition d’expérience et la définition de son projet professionnel. C’est l’occasion d’acquérir de la pratique, qui ne s’apprend pas dans les livres. Cela demande aussi une grande capacité d’adaptation car il faut tout réapprendre et redimensionner par rapport aux habitudes prises durant les études académiques.

Quelques tuyaux

Les profils recherchés sont variés : il faut avoir de l’aisance dans les contacts, de bonnes capacités rédactionnelles et d’expression en général, être à la page avec les réseaux sociaux et les médias. Pour cela, on peut par exemple créer une page entreprise ou un évènement sur Facebook puis faire valoir cette connaissance de l’outil lors d’un entretien par exemple. De façon générale, les employeurs apprécient les compétences digitales des diplômés. Les personnes orientées solutions sont aussi très recherchées.

Le secteur de la communication n’offre que peu d’opportunités d’embauche pour des profils débutants, ce qui rend les employeurs exigeants. Il est donc important de bien se préparer, d’apprendre à parler de soi et d’être pertinent dans sa candidature. L’objectif doit être clair et réaliste. On peut débuter par un stage, par un poste de rédacteur ou encore de spécialiste/assistant, moyennant une petite expérience préalable. Les postes de conseillers, de porte-parole ou de lobbyiste s’adressent en général à des candidats qui ont plusieurs années de pratique.

Il peut être intéressant de consulter le rapport de gestion de l’entreprise avant de postuler. Il convient d’être vigilant lors des entretiens sur la façon dont vous percevez le métier. Si la communication informe, le marketing vend. Il arrive souvent que ces deux secteurs soient confondus.

Suivez nous:    

Que font les Alumni après leurs études?

Découvrez d'autres parcours professionnels de diplômées et diplômés de l'UNIL.

Partagez:
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 21 30
Fax +41 21 692 21 35