Fanny Gloor, psychologue assistante en pédopsychiatrie, Fondation de Nant

Etudes et parcours

Pendant mes études de psychologie, je savais que j’avais envie de me diriger professionnellement dans le domaine de la psychologie de l’enfant et de l’adolescent. J’ai eu l’occasion d’effectuer ma première expérience dans ce secteur durant ma dernière année de Master à la consultation Enfant et Adolescent à Lausanne, rattachée à l’Institut de psychologie de l’Université. Mon Master en poche, j’ai cherché une place de stage car mes années universitaires m’avaient certes apporté un bagage théorique, mais peu de pratique.

Mon premier stage s’est déroulé au sein d’un service PPLS (Psychologie, Psychomotricité et Logopédie en milieu Scolaire). Pendant une année, j’ai travaillé à 50% et j’ai suivi simultanément le MAS en psychologie de l’enfant et de l’adolescent, qui était alors un prérequis pour effectuer un stage dans ce domaine. J’ai ensuite effectué un deuxième stage d’un an à 80% à la Fondation de Nant, dans un Centre Thérapeutique de Jour pour Enfant. J’ai finalement fait un remplacement d’un congé maternité de 6 mois à la Fondation de Verdeil avant d’être réengagée à la Fondation de Nant en tant que psychologue assistante. 

Durant mon stage à la Fondation de Nant, j’ai manifesté mon intérêt de poursuivre mon travail chez eux, et j’ai gardé contact avec ma responsable dans les mois qui ont suivi la fin de mon stage. Se construire un réseau et l’entretenir est très important, c’est souvent par ce biais que j’ai pu obtenir mes différents postes. Actuellement, je suis encore en formation pour obtenir le titre de psychologue spécialiste en psychothérapie FSP.

Fonction et pratique professionnelle

En tant que psychologue assistante, je suis toujours en formation, sous la supervision de psychologues et de médecins, et j’ai un contrat de 4 ans que j’ai pu prolonger d’une année. Un pourcentage de mon temps est donc dévolu à ma formation, qui se traduit par la participation à des colloques, des séminaires, des contrôles cliniques, etc.

Ma pratique professionnelle se divise globalement en deux domaines. Dans un premier temps, il y a un travail d’investigation pédopsychiatrique, où je reçois les enfants ou les adolescents et leurs famille sur plusieurs entretiens afin d’évaluer la situation. Je présente ensuite le cas à un cadre et nous posons un diagnostic ainsi qu’une indication de traitement. J’apprécie cet encadrement qui me permet de perfectionner ma pratique.

La prise en charge thérapeutique intervient dans un deuxième temps, et peut prendre des formes très différentes : psychothérapie individuelle, participation à des groupes thérapeutiques, guidance familiale, etc. La palette est large et c’est là tout l’intérêt de mon travail : chaque situation, chaque expérience et chaque contexte familial sont différents. Il peut s’agir de difficultés légères autant que de psychopathologies lourdes. Mais à chaque fois, la rencontre de l’autre est au centre de toutes les démarches et j’apprécie ce contact humain et la relation de confiance qui s’instaure entre les familles, les jeunes et moi-même.

Conseils et compétences requises

Il faut s’armer de courage car il peut sembler difficile d’entrer sur le marché du travail lorsqu’on est fraîchement diplômée ou diplômé, d’autant plus qu’il n’est pas toujours évident de se rendre compte de ce qui nous attend en termes de pratique professionnelle. Néanmoins, une fois que l’on est inséré, on peut commencer à se construire un réseau et les choses deviennent beaucoup plus facile qu’à la sortie de l’université.

Globalement, il faut être capable de travailler en équipe. Dans le domaine de la pédopsychiatrie, nous travaillons beaucoup en réseau, que ce soit avec les écoles, les pédiatres, le SPJ, les logopédistes ou encore les psychomotriciens. Durant vos études, profitez de toutes les occasions pour gagner un peu d’expérience car cela va vous aider à trouver une place de stage. Par exemple, les candidats qui ont déjà une formation au bilan psychologique (tests affectifs et cognitifs) auront certainement un avantage.

A la Fondation de Nant, beaucoup de psychologues ont trouvé une place suite à un stage, une bonne façon d’établir un premier contact. Il est également important de manifester clairement son intérêt et son envie de suivre une spécialisation ultérieure. Dans le domaine de la pédopsychiatrie, la spécialisation de psychothérapeute est souvent privilégiée. Adressez-vous aux psychologues adjoints, qui sont les responsables des engagements. Finalement, n’hésitez pas à faire des offres spontanées, car votre dossier sera très souvent conservé et ressorti lorsqu’un poste sera mis au concours. Il sortira donc plus facilement de la masse de dossiers qui risque d’être envoyée !

Suivez nous:    

Fanny_Gloor.jpg

Que font les Alumni après leurs études?

Découvrez d'autres parcours professionnels de diplômées et diplômés de l'UNIL.

Partagez:
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 21 30
Fax +41 21 692 21 35