Fanny Krug, cheffe de projet, ville de Genève

Après un apprentissage de commerce dans le secteur de la gestion de fortune, Fanny Krug se penche sur des questions d’intérêt public. Elle entreprend ainsi des études en science politique, tout en travaillant à temps partiel en tant qu’employée de commerce. Son mémoire de Master portera sur l’émergence de la justice pénale internationale. Une fois diplômée, elle postule au CICR où elle est engagée quelques mois plus tard comme déléguée sur le terrain. En attendant, elle perfectionne son anglais durant un séjour à Londres, puis effectue une première expérience dans la coopération internationale en travaillant pour une ONG au Kosovo.

Après 2 ans d’activités au Rwanda et en Cisjordanie pour le CICR, et un travail sur le terrain qui la passionne, Fanny rentre en Suisse pour s’engager dans un cadre local. Interpellée par le développement urbain et régional, elle souhaite valoriser en Suisse ses expériences à l’étranger. Elle saisit une opportunité au sein de l’unité logement du Service social de la ville de Lausanne. Cet emploi ouvre à Fanny Krug la porte d’un domaine qui lui tient à cœur. Elle est engagée quelques temps plus tard en tant que cheffe de projet au Département de la cohésion sociale et de la solidarité de la ville de Genève sur les questions de logements relais.

Les conditions de travail

L’administration publique peut offrir de bonnes possibilités de concilier vie privée et professionnelle. Le salaire est établi en fonction de l’expérience professionnelle et de l’ancienneté, entre autres critères.

Jouer avec les opportunités et les envies

Des études en sciences politiques n’aboutissent pas à une profession définie : les étapes doivent se construire peu à peu. Il faut savoir saisir les opportunités qui aideront à élaborer sa voie professionnelle, faire des choix, définir des priorités. Réfléchir par exemple à quel type d’employeur et les postes qui offrent ce à quoi vous aspirez dans votre vie (stabilité, mobilité, etc.).

Il faut aussi rester pertinent dans ses postulations : en sortant des études, on peut prétendre, par exemple, à un poste de collaborateur scientifique, mais pas de cadre supérieur. Les stages peuvent être de bonnes portes d’entrée pour certains secteurs professionnels. Et si une formation continue est un avantage, voire une exigence, pour certains postes nécessitant des compétences spécifiques, elle permet également d’élargir son réseau.

Si vous avez un rêve, donnez-vous les moyens d’aller jusqu’au bout !

Suivez nous:    

Pour aller plus loin

Que font les Alumni après leurs études?

Découvrez d'autres parcours professionnels de diplômées et diplômés de l'UNIL.

Partagez:
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 21 30
Fax +41 21 692 21 35