Jean-Marc Savary, pasteur et responsable de la Formation des Ministères pour l’EERV

Jean-Marc Savary est actuellement responsable de la formation des Ministères pour l’Eglise Evangélique Réformée Vaudoise. Il a étudié la théologie à Lausanne entre 1994 et 2000 avant de suivre sa formation pastorale. Cette formation au ministère est conséquente. Après un Master en théologie des universités de Lausanne ou Genève (ou équivalent), le futur pasteur doit déposer une candidature pour obtenir une place de stage pastoral dans une église réformée romande. S’ensuivent 18 mois de stage de terrain en lien avec une formation théorique à l'Office Protestant de Formation, suivi d’une validation du stage. Le candidat au ministère occupe pendant deux ans un poste dit de « suffragant » dans une paroisse réformée du canton de Vaud, avant de passer ses examens de consécration et, s’il les réussit, d’être consacré à la cathédrale de Lausanne.

Mais Jean-Marc a occupé différents postes dans sa carrière de pasteur. Il a notamment été aumônier jeunesse et aumônier militaire professionnel. Son statut d’aumônier l’a amené à rencontrer plusieurs centaines de jeunes dans des lieux clairement situés aux frontières de l’Eglise. Si le défi de l’aumônier jeunesse est de faire redécouvrir aux jeunes l’Evangile et ses valeurs telles qu’elles se conçoivent de nos jours, sa charge d’aumônier militaire et son statut d’homme d’Eglise l’ont amené à se spécialiser dans la gestion de situation de crises. En plus d’un important travail d’écoute et d’accompagnement de crises personnelles que peuvent traverser les militaires, l'aumônier militaire est celui qui va intervenir en cas de décès ou de blessure grave. Il est  celui qui va accompagner vers la mort, celui qui va annoncer le décès de leur fils ou de leur fille de 20 ans à des parents. Cependant, le travail de l’aumônier ne s’arrête pas là. Il s'agit effectivement au-delà du jour du décès, d'accompagner la famille, parfois pendant des mois, mais aussi d'accompagner les camarades du soldat décédé, de soutenir les officiers en charge de la troupe concernée, de les conseiller sur la meilleure gestion humaine possible de la situation et les soutenir eux-mêmes personnellement.

Pour Jean-Marc, le passage par des études académiques en théologie est nécessaire. Comme il l’explique, la complexité grandissante de la civilisation dans laquelle des hommes et de femmes sont appelés à être pasteur les oblige à un déplacement personnel important par rapport à leur imaginaire de la foi. En prenant la responsabilité pastorale, ils reçoivent la charge d'âmes, selon la formule consacrée. Les individus du 21ème siècle sont des humains pétris d'un besoin spirituel mais sans plus de références évidentes et étayées sur les choses du spirituel et du religieux. Les pasteurs se doivent d'être correctement formés et d'avoir été eux-mêmes confrontés à la remise en question de leurs fondamentaux de foi pour pouvoir accompagner les doutes et les angoisses de leurs contemporains. Pour accompagner les questions ou la crise d'autrui, l'expérience personnelle de la crise et la capacité de problématiser la question théologique hors de toute loyauté ou contrainte dogmatiques sont nécessaires. Sans cela, un risque de confusion existe entre « proposer une foi dans la liberté d'Evangile » et « imposer une foi dans la contrainte dogmatique ».

Suivez nous:    

Jean-Marc_Savary.jpg

Que font les Alumni après leurs études?

Découvrez d'autres parcours professionnels de diplômées et diplômés de l'UNIL.

Partagez:
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 21 30
Fax +41 21 692 21 35