Julie Montandon, sociologue des religions, Centre intercantonal d'information sur les croyances

Après sa maturité passée à La Chaux-de-Fonds, Julie Montandon s'inscrit en Lettres à l’Université de Genève. Elle y obtient une licence en japonologie, histoire des religions et français en 2007, apèrs avoir passé une année à Tokyo, et une autre à Bruxelles pour rédiger son travail de mémoire. A la suite de ce premier diplôme, elle opte pour un Master en sociologie des religions à l’Université de Lausanne.

Elle choisit de se relancer dans de nouvelles études pour plusieurs raisons, notamment parce qu’elle ne se sent pas prête à affronter le monde professionnel (jeunesse, manque d’expérience, impression de ne rien savoir concrètement et remise en doute du choix des études suite à la confrontation avec le marché de l’emploi). Avant la reprise des cours, elle passe quelques mois à travailler dans un home pour personnes âgées, expérience salutaire en terme de réflexion. Le travail est difficile, mais le contact humain est présent, tout comme une sensation très agréable d’être utile, sensation qui lui manquait souvent dans le cadre des études ou des perspectives qu’elle imaginait. Ce qui se révèle être finalement une fausse impression.

Elle entreprend ce Master dans un état d’esprit différent et certainement plus mature. Le programme est d’ailleurs davantage orienté terrain et comporte des aspects professionnalisants. Elle participe à des recherches pratiques et acquiert tout un ensemble d’apprentissages sur le tas. Elle en profite pour passer un semestre à l’Université de Zürich, pour réactiver ses connaissances en allemand et mieux connaître la Suisse allemande.

Une fois le Master en poche se posent les questions suivantes : quels postes l’intéressent ? Pour lesquels est-elle qualifiée ? Quels rêves faut-il laisser tomber ? Elle rencontre des conseillers emploi, et comprend l’importance de mettre en valeur les activités annexes aux études (job d’étudiante de prof de français langue étrangère, poste d’étudiante-assistante, activités associatives, voyages même).

Elle décroche un stage dans une agence de communication via Unistages. Cette expérience lui permet de sortir du monde académique, participer à des projets concrets, et comprendre l’intérêt du cheminement universitaire. Parmi les compétences développées dans les cursus universitaires, elle nomme la capacité à comprendre les enjeux, rencontrer tout type de personnes (donc à adapter son langage par ex), résumer sans spolier, être à même de naviguer entre des domaines très différents, des nouvelles technologies à l’urbanisme en passant par l’intégration des personnes migrantes. Il se trouve que dans son poste actuel, elle continue à collaborer avec la même agence. Elle a dernièrement entrepris une formation continue à l’Université de Genève en nouvelles technologies du Web (création de sites internet).

Son poste actuel

Julie Montandon est sociologue au Centre intercantonal d’information sur les croyances (CIC). Il s’agit d’un centre d’information et de documentation, spécialisé dans le domaine des religions en général et des groupes minoritaires en particulier. Le CIC est subventionné par des cantons, entre autres, ce qui en fait une structure fragile, fortement dépendante des budgets annuels des cantons. Le CIC est né en 2002, suite à un audit de la Confédération réalisé à la suite de l’affaire de l’Ordre du Temple Solaire (1994, 1995 et 1997).

Plus concrètement, au CIC les collaborateurs répondent à des questions. Ces requêtes peuvent provenir de particuliers inquiets pour un proche entré dans un groupe religieux controversé, de médias qui s’intéressent à l’Eglise de Scientologie, d’étudiants qui recherchent des informations sur un groupe particulier et qui ne parviennent pas à trouver de documentation, ou encore d’administrations (le service des impôts qui a reçu une demande d’exonération fiscale, ou le service de protection des mineurs qui doit prendre une décision concernant la garde d’un enfant dont les parents ne partagent pas la même confession, etc.). Il y a donc une grande diversité de publics. Pour répondre à ces questions, des dossiers sont constitués par thème. Le but est de permettre aux mandants de se forger une opinion, et non de donner un avis.

Son poste comporte divers types d’activités. Il permet de créer des ponts entre le monde universitaire de la recherche (parfois hermétique) et la population. Il demande des compétences d’écoute pour répondre avec tact à des personnes inquiètes ou souffrant de troubles psychiques. Les aspects liés à la communication sont aussi présents : informer sur des thèmes délicats, concevoir une nouvelle identité visuelle ou un nouveau site, par exemple.

Ses conseils

Malgré la grande demande de requêtes, les postes sont rares. Voici quelques pistes pour sa recherche d’emploi :

  • Diversifier ses connaissances et ses expériences. Un aspect très stimulant de l’étude des religions est de comprendre l’étendue et la perméabilité du domaine. Le religieux, sous différentes forme, est présent dans de très nombreux champs d’étude : psychologie, philosophie, histoire, sociologie, littérature, art, droit. Les compétences issues des études en sciences des religions peuvent donc être exercées dans divers domaines professionnels.
  • Se démarquer par les autres aspects propres à son parcours : job d’étudiants, expérience professionnelle dans d’autres domaines, responsabilité au sein d’une association, engagement bénévole, etc.
  • Réfléchir à la façon de communiquer son profil, sans forcément mettre l’accent sur le contenu (sciences des religions) mais sur ce que l’on peut apporter.
Suivez nous:    

Julie_Montandon.jpg

Pour aller plus loin

Centre intercantonal d'information sur les croyances (CIC)

www.cic-info.ch

Unistages

Stages pour étudiant·e·s UNIL en fin de Master ou titulaires d'un Master UNIL (jusqu'à une année après son obtention).

Que font les Alumni après leurs études?

Découvrez d'autres parcours professionnels de diplômées et diplômés de l'UNIL.

Partagez:
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 21 30
Fax +41 21 692 21 35