Laurent Vuataz, hydrobiologiste chez biol conseils SA et chargé de recherche au Musée cantonal de zoologie

Formation | Fonction actuelle et pratique professionnelle | Eléments déterminants dans son parcours professionnel | Caractéristiques des secteurs | Conseils pour les futur·e·s gradué·e·s
 

Formation

Laurent Vuataz s'intéresse à la nature et aux cours d’eau depuis son enfance. Au bénéfice d’un diplôme de biologiste (équivalent à un Master) obtenu en 2005, il a ensuite entrepris un doctorat en sciences de la vie au département d’écologie et d’évolution, effectué en collaboration avec le Musée de zoologie de Lausanne (MZL). Enfin, plus récemment, il a suivi un module d’un Certificate of advanced studies (CAS) sur le macrozoobenthos, afin d’enrichir ses connaissances sur les insectes aquatiques et la bioindication.

Fonction actuelle et pratique professionnelle

Il travaille actuellement à 60% comme hydrobiologiste spécialiste de la faune benthique des cours d’eau dans un bureau privé d’écologie appliquée (biol conseils SA). Il effectue notamment des monitorings de cours d’eau pour plusieurs cantons suisses et pour la Confédération, qui comprennent des relevés de terrain, des identifications en laboratoire, l’interprétation des résultats, et des propositions de mesures concrètes de gestion afin d’en améliorer la qualité. Il s’est également spécialisé dans l’identification des insectes aquatiques de Suisse, en particulier les éphémères.

Il exerce parallèlement une activité à 10% comme chargé de recherche au Musée cantonal de zoologie de Lausanne où il étudie la phylogénie et la taxonomie de plusieurs groupes d’éphémères (insectes aquatiques). Il participe aux relevés de terrain, effectue des analyses, rédige des publications scientifiques et participe à des congrès.

Eléments déterminants dans son parcours professionnel

Pour sa fonction d'hydrobiologiste (biol conseils SA)

  • sa capacité à gérer une étude et à travailler de manière autonome (acquise principalement dans le cadre de son doctorat)
  • son sujet de recherche de doctorat (qui, bien que sans rapport direct, lui a ouvert les portes de cet employeur)
  • sa motivation à se spécialiser dans la faune benthique des rivières et la formation continue (CAS) (qui lui ont ouvert les portes du petit monde des spécialistes suisses des insectes aquatiques et de la bioindication)
  • son réseau (une connaissance démissionnait de sa future place et lui a fait suivre l’offre d’emploi)

Pour son activité de recherche au Musée cantonal de zoologie à Lausanne

  • ses études (master et doctorat) effectuées en partenariat avec le MZL
  • son intérêt et sa capacité à conduire des recherches scientifiques en phylogénie et taxonomie
  • son intérêt pour la gestion des collections, des expositions et des activités proposées par le MZL
  • sa bonne entente et son intégration à l’équipe du musée
  • sa collaboration (y compris bénévole) à différents projets de recherche en lien avec le MZL

Caractéristiques des secteurs

Les bureaux privés

Les mandats des bureaux d’études privés en écologie appliquée ou d’ingénieurs en environnement sont généralement liés à des lois ou des normes environnementales, et ont donc un aspect formel, ce qui n’exclut pas la créativité et l’innovation. Les difficultés sont souvent liées à la connaissance et à l’interprétation des lois et des normes en vigueur, et à la nécessité d’être efficace, d’aller rapidement à l’essentiel afin d’être rentable et compétitif tout en étant synthétique et scientifiquement pertinent. Le niveau de stress peut être élevé selon le type de mandat, la culture de l’entreprise et la sensibilité personnelle.

La recherche dans un musée de zoologie ou d'histoire naturelle

Elle est généralement très spécifique, focalisée sur la classification des organismes étudiés, sur leurs relations de parenté, et sur la description de nouvelles espèces. Ces études, qui s’étalent généralement sur de longues périodes, nécessitent une grande minutie et rigueur scientifique et une motivation de tous les jours pour avancer. L’avantage de ce genre d’institution est qu’elles sont relativement préservées de la pression qui pèse sur les scientifiques dans la plupart des universités et écoles polytechniques (course aux résultats et aux publications pour obtenir des fonds), et le contact avec le public y est bien développé. Un inconvénient est que le travail scientifique qu’on y effectue, pourtant essentiel, est souvent peu valorisé par rapport à d’autres types de recherches en biologie.

Conseils pour les futur·e·s gradué·e·s

Les bureaux privés représentent un secteur dinsertion important pour les biologistes qui terminent leurs études. On y commence généralement par un stage. Les profils recherchés dans ce domaine sont des collaboratrices et collaborateurs autonomes avec un maximum d’expériences préalables et de connaissances dans le domaine, qui peuvent avoir été acquises lors de stages, cours ou loisirs. Des profils aussi bien «généralistes» (aisance sur le terrain, connaissances des lois liées à l’environnement, capacité à rédiger des rapports, esprit de synthèse, connaissances des langues nationales…) que «spécialistes» (spécialistes en pédologie, botanistes, spécialistes des diatomées, du macrozoobenthos, spécialistes en systèmes d’information géographiques (SIG) sont recherchés.

Pour les postes de recherche dans les musées de zoologie ou d’histoire naturelle, ils sont malheureusement rares en Suisse et souvent temporaires ou à durée déterminée. Pour augmenter ses chances, il faut généralement avoir effectué un travail de recherche (bachelor, master, doctorat) dans l’institution au préalable. Les profils recherchés sont des spécialistes compétents dans les domaines de la phylogénie, taxonomie, systématique, biogéographie,… avec de bonnes capacités en analyse de données, rédaction scientifique, esprit de synthèse, et une grande curiosité et capacité à identifier les questions intéressantes à investiguer. Une bonne connaissance de l’anglais et un bon réseau sont indispensables. Une aisance sur le terrain est généralement appréciée.

Suivez nous:    

laurent_vuataz_web.jpg (Photo Laurent Vuataz)

Partagez:
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 21 30
Fax +41 21 692 21 35