Rahel Vetsch, recherche de fonds, Comité suisse pour l'UNICEF

Rahel Vetsch travaille à l’UNICEF où elle collabore à la recherche de fonds sur le marché suisse. Cette position, elle l’a atteinte dans la continuité d’une licence en sciences sociales, orientée vers la coopération internationale et économique à l’UNIL, mais également au bout d’une grande variété d’engagements associatifs et professionnels successifs.

Les études

Originaire de Zürich, Rahel Vetsch a exploré sa passion, alors encore très diffuse, pour la politique internationale au sein de la faculté des SSP. Son intérêt pour l’action dans un contexte international l’a conduit à réaliser plusieurs voyages durant et juste après ses études, notamment au service d’une organisation humanitaire active au Ghana. Alors que la vie d’étudiante et les voyages coûtent, Rahel travaille à côté de ses études à des postes qu’on peut qualifier d’alimentaires, dont la principale vertu est de rapporter de l’argent, au sein d’entreprises bien éloignées de ses préoccupations professionnelles, comme Swisscom ou UBS.

Sortir des études : une période de choix et des essais

A la sortie de ses études, ses intérêts professionnels ne se sont pas encore fixés précisément. Elle accepte alors un travail au sein d’une grande compagnie d’assurance, mais sa tâche est trop éloignée de ses aspirations : elle ne renouvellera pas son contrat. Elle travaille ensuite quelques temps dans la gestion administrative d’un parc naturel des Grisons, mais une fois de plus, cette activités ne répond pas à ses attentes.

Sans emploi pendant quelques temps, elle s’engage comme monitrice de ski pour gagner de l’argent et s’octroie alors un moment pour faire le point dans sa carrière. Après quelques temps, ses recherches d’emploi, effectuées en parallèle, débouchent sur un choix à faire. D’un côté, un groupe financier lui propose un emploi stable et bien payé, mais ce projet ne correspond pas à son intérêt de plus en plus prononcé pour le développement. D’un autre côté, elle a la possibilité de débuter un stage, certes mal payé mais proche de ses envies, au sein de la conférence des gouvernements cantonaux.

Sur la voie du développement

Rahel Vetsch choisit l’aventure et débute le stage au sein de la conférence des gouvernements cantonaux. Cette expérience lui donne l’occasion de se familiariser avec la politique intérieure des cantons, notamment sur les dossiers de la santé et de l’éducation. Ce premier pas dans la sphère politique lui donne l’occasion de rencontrer des personnalités politiques, notamment certains conseillers fédéraux et des responsables du DFAE. Rahel Vetsch insiste sur l’importance de ce réseau, constitué au cours du stage, pour la réussite de son parcours professionnel.

Au terme de son stage, Rahel n’a pas d’emploi fixe, mais cette fois, une solide expérience à faire valoir. Elle postule alors à un poste de collaboratrice équipe information à l’UNICEF. Lors de cette postulation, les pièces du puzzle s’assemblent et son dossier de candidature retient l’attention des recruteurs. Les compétences demandées par le poste sont autant d’éléments qu’elle a déjà pu acquérir au cours de son jeune parcours professionnel, par ses voyages, ses engagement bénévoles ou son stage, mais aussi par des jobs plus alimentaires et moins centrés sur ses secteurs de prédilection.

Quelques conseils

Si son intérêt pour le voyage et les affaires internationales a façonné ses choix d’études et d’engagements bénévoles, le chemin a été sinueux pour Rahel pour que ces aspirations se transforment en engagement professionnel. Ainsi, au moment de tirer des conclusions de son jeune parcours, Rahel souligne l’importance de réaliser les expériences professionnelles les plus larges possibles. Une des principales clés de son parcours réside dans cette diversité d’emplois effectués, même s’ils ne correspondaient alors pas à ses intérêts, même si les tâches sont ingrates et si les emplois sont précaires. Elle invite ainsi les futurs gradués à ne pas avoir trop d’exigences par rapport à leurs premières activités professionnelles : elles ouvrent parfois des portes inattendues, même si elles ne présentent, au début, pas d’autres intérêts que de gagner un peu d’argent.

Celles-ci fournissent en effet une grande variété de compétences à faire valoir lors d’entretiens d’embauche qui peuvent faire la différence avec une autre candidature. Elle raconte notamment comment son job de vacances d’enseignante de ski lui a permis de faire valoir ses expériences d’encadrement et ses qualités pédagogiques, que son travail dans la banque ou l’assurance a constitué un gage de sa capacité à travailler en équipe et à être fiable, etc. Ces petits emplois successifs fournissent des "compétences à vendre" et démontre la motivation du postulant ; des arguments indispensables pour convaincre lors de postulations.
 

Suivez nous:    

Pour aller plus loin

Comité suisse pour l'UNICEF

www.unicef.ch

Que font les Alumni après leurs études?

Découvrez d'autres parcours professionnels de diplômées et diplômés de l'UNIL.

Partagez:
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 21 30
Fax +41 21 692 21 35