Sophie Guyot, attachée de presse pour la Collection de l'Art Brut

Avant d’obtenir sa maturité, Sophie Guyot hésitait entre une école d’art ou devenir vétérinaire. Elle décide d’étudier le russe, le français médiéval et l’histoire de l’Art en Lettres, tout en s’interdisant de viser l’enseignement. Durant ses études, elle occupe de nombreux emplois, dont une année comme interprète pour le CICR en ex-URSS, une « expérience humaine incroyable », se sentant « baroudeuse » polyvalente, capable de s’intégrer rapidement à différents contextes, utilisant son réseau « à fond les manettes ». Pour elle, ces expériences en parallèle des études peuvent être stressantes et pas toujours bien payées, mais peuvent faire la différence pour la suite du parcours professionnel.

Convaincue que le meilleur moyen de trouver un emploi c’est d’en avoir un, elle travaille pour le festival Vision du Réel, qui se révéla fondateur pour tout ce qu’elle entreprend depuis. Se voyant comme un chef d’orchestre dans cette petite structure, elle touche progressivement à tout : programmation, traductions et rédaction de textes, et y reste finalement 3 ans. Un poste suivant à la Cinémathèque suisse lui est offert, où elle développe sur le tas ses compétences dans le domaine de la communication.

Partant du constat que les milieux culturels sont poreux, et qu’on peut s’y déplacer ensuite du fait d’y être connue, Sophie se lance un nouveau défi en s’établissant comme indépendante dans l’événementiel, coordonnant différents évènements durant 5 ans. Elle poursuit une œuvre personnelle en tant que plasticienne puis reprend un emploi à temps partiel, plus structuré, auprès du Musée de la collection de l’Art Brut, dont elle assume la communication et l’organisation d’événements.

Pour ce type de poste, savoir raconter des histoires est important, car les journalistes ont peu de place et peu de temps. Il aussi rester centré, ne pas trop se disperser, avoir un esprit de synthèse : qu’est ce que je veux passer comme message ? A qui ? Comment ? Choisir / sélection et « incarnation » (vécu). Il faut aussi rédiger en se mettant à la place du public pour titiller le plus grand nombre. Et être curieux pour casser les frontières, tisser des liens, des ponts et ne pas s’enliser dans un public.

Quelques conseils pour la recherche d’emploi

  • Ne jamais avoir peur de dire qu’on cherche du travail.
  • Travailler pour des festivals, stages même non rémunérés dans les musées, démontrer sa volonté de s’engager et d’apprendre.
  • Soigner sa communication, ses contacts et son réseau, les développer.
  • Ne pas être timide, rappeler tout en sachant ne pas insister trop lourdement.
  • Garder un pied dans sa propre recherche artistique !
Suivez nous:    

Pour aller plus loin

Musée de la collection de l’Art Brut

www.artbrut.ch

Que font les Alumni après leurs études?

Découvrez d'autres parcours professionnels de diplômées et diplômés de l'UNIL.

Partagez:
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 21 30
Fax +41 21 692 21 35