Thomas Gorham, Directeur et avocat général associé, antitrust global et relation commerciales, Procter & Gamble Europe

Parcours | Caractéristiques professionnelles | Recrutement
 

Parcours

Diplômé en droit en 1984, j’avais choisi la mention droit international et comparé. J’ai ensuite effectué une année préparatoire au Law admission test aux Etats-Unis. Je suis resté 3 ans de plus en Pennsylvanie pour suivre l’école doctorale Pennsylvania jurist doctorate. J’ai particulièrement apprécié la formation pratique et les analyses de cas aux Etats-Unis.
 

J’avais toujours imaginé travailler dans un cabinet d’avocats, alors j’ai travaillé 4 ans dans un cabinet dans le Vermont. Cette expérience ne m’a pas passionné, et j’avais en même temps envie de rentrer en Suisse. Mon projet était d’exercer en tant que juriste d’entreprise – ce que j’avais entendu de cette fonction m’attirait, même si mon image était encore floue.

 

J’ai été engagé chez Procter & Gamble, pour la Suisse et la zone EMEA: Europe, Moyen-Orient (Middle East) et Afrique. J’ai démarré dans cette entreprise en 1993, et j’y suis toujours ! Ayant grandi en Italie, étudié dans 2 pays, l’environnement multiculturel dans lequel j’évolue me convient parfaitement. J’ai occupé divers postes au sein de l’entreprise. J’ai commencé par la fonction de juriste junior dans une petite équipe. L’une des différences fondamentales entre le travail en cabinet et celui en entreprise est que la recherche de clientèle n’a pas lieu en entreprise. D’un naturel plutôt réservé, ce type de fonction me correspond mieux – en tous cas à ce moment-là. Faire partie d’une équipe, d’un environnement où divers spécialistes se côtoient, sont des aspects plus prononcés en entreprise. Pour les questions dont je m’occupe, ma créativité est souvent sollicitée, dans le sens où l’on est à la recherche de solutions réalistes et alternatives.

 

J’ai ensuite évolué dans l’équipe, pour m’occuper des zones Maroc, Nigéria, Pakistan et Afrique du Sud. Ces univers étaient fascinants à découvrir. On s’occupe de droit des sociétés, de droit du travail, de ce qui touche aussi à la publicité. Pour la Suisse, le cadre était plus posé, on traite des questions habituelles d’une entreprise.

J’ai également occupé un poste aux Etats-Unis pendant 2 ans au siège central, dans une fonction plus proche de la propriété intellectuelle, licences et brevets des marques. Ce poste a été très gratifiant. Je suis revenu en Suisse en 2001, où tout avait changé. L’entreprise comptait désormais 2500 employés (contre quelques centaines auparavant), et Genève était devenue le siège européen. A ce moment-là, j’ai eu deux principales responsabilités : être le manager fonctionnel du réseau d’avocats pour les zones EMEA, Europe de l’est et centrale, administrer diverses catégories de produits – le travail était fascinant dans le pays où les produits arrivaient sur le marché. Pour être efficace, une grande ouverture d’esprit est nécessaire, et j’ai aussi rencontré cet état d’esprit chez des employés locaux. Il faut pouvoir aussi travailler sans connaitre les moindres détails du droit de chaque pays.

A présent, mon travail est davantage concentré sur la stratégie à moyen et long terme, et moins sur des questions urgentes du quotidien. Il y a moins de pression en termes de temps, mais la qualité du travail fourni est très importante.

L’entreprise compte 330 juristes en tout (dont environ une centaine aux Etats-Unis), pour 103'000 employés. Environ la moitié des juristes sont spécialisés dans les brevets, sinon dans le droit commercial en général. A Genève, nous sommes une vingtaine de juristes, actifs dans le support catégories de produits et dans le droit de la concurrence.

Caractéristiques professionnelles

Parmi les qualités recherchées, je citerais la flexibilité, l’ouverture, l’esprit d’initiative pour aller au-devant des besoins, entretenir la communication avec des collègues qui se trouvent aux quatre coins du monde, être humble, avoir envie d’apprendre ! C’est en effet un milieu qui est en constante évolution. Le droit étant profondément ancré dans la société, des connaissances en économie politique sont utiles. Le brevet d’avocat est nécessaire. Mes collègues suisses ne sont pas membres du barreau. Un MBA peut être intéressant à entreprendre après quelques années d’expérience.

Recrutement

Pour postuler en Suisse, il est souhaitable d’avoir 2 ans d’expérience (le stage d’avocat par exemple). Certains candidats sont engagés après un stage chez nous. Aux Etats-Unis, l’engagement peut avoir lieu à la fin des études. L’anglais est indispensable. La sélection consiste en quelques tests de présélection, avant de passer un entretien le cas échéant. Il va sans dire qu’il faut préparer l’entretien – quel que soit le poste visé.

Suivez nous:    
Partagez:
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 21 30
Fax +41 21 692 21 35