Lettres

En raison des grandes possibilités d’ouverture offertes par les plans d’études, vous exercerez des activités variées et vous vous retrouverez dans de nombreux secteurs professionnels. A l’exception de quelques domaines spécialisés qui exigent des connaissances particulières (enseignement, archéologie, histoire de l’art, par exemple), le contenu de ces activités n’est en général pas en lien direct avec la discipline étudiée.

Outre les connaissances académiques, les employeurs valorisent des compétences méthodologiques et intellectuelles. Ils sont aussi attentifs aux activités extra-académiques, à l’expérience de vie, à la motivation, ainsi qu'aux connaissances linguistiques et informatiques.

Secteurs d’activité

Secteurs public et privé

  • Communication : journalisme, audiovisuel, relations publiques, traduction, interprétation
  • Culture : librairie, édition, théâtre, musique, cinéma. Par exemple, gérer ou promouvoir une institution culturelle, organiser un festival, diriger une collection d’ouvrages
  • Documentation, conservation : bibliothèques, archives privées et publiques, centres de documentation, musées. Par exemple, gérer et mettre en valeur des documents, mettre sur pied des expositions, concevoir du matériel pédagogique ou des visites guidées
  • Recherche : assistanat, Fonds national, centres de recherches
  • Gestion et administration : services publics municipaux, cantonaux et fédéraux, entreprises (surtout de secteur tertiaire)

Enseignement

  • Ecoles secondaires publiques, écoles privées, universités

Si vous envisagez de faire carrière dans l’enseignement public, vous devrez suivre une formation complémentaire dans une Haute école pédagogique (HEP), soit après le Baccalauréat universitaire ès Lettres (pour l’enseignement au degré secondaire I), soit après la Maîtrise universitaire ès Lettres (pour l’enseignement au degré secondaire II).

Concernant l’enseignement au Tessin ou en Suisse alémanique, il est conseillé de choisir la discipline Français langue étrangère dans le cadre d’un Baccalauréat universitaire et éventuellement d’une Maîtrise universitaire ès Lettres.

Pour aller plus loin : 

Quelques chiffres

Un an après la fin des études, 95% des titulaires  d’un  Master de la Faculté des lettres ont trouvé un emploi. Leur insertion est donc comparable à celle des diplômé·e·s des autres facultés. Si l’on se  réfère aux statistiques concernant les gradué·e·s en lettres des universités suisses dans leur ensemble, on s’aperçoit que l’insertion varie selon les disciplines étudiées. Ainsi, 50% des titulaires d’un Master incluant une langue nationale ou l’anglais travaillent dans l’enseignement. Les personnes ayant étudié le français ont de bonnes perspectives dans ce domaine en Suisse alémanique, tout comme les personnes diplômées en allemand sont recherchées dans les écoles de Suisse romande. Un diplôme dans l’une des langues nationales constitue aussi un atout pour les postes dans l’administration publique. Enfin, un nombre non négligeable de gradué·e·s en langue et littératures évoluent dans les secteurs de l’information et de la culture ainsi que dans les services privés. La majorité des historien·ne·s et historien·ne·s de  l’art ou du cinéma s’insèrent également dans les médias, le secteur culturel, les services privés et dans une moindre mesure, l’administration publique. Ces gradué·e·s se tournent aussi volontiers vers les hautes écoles, où ils accomplissent un doctorat. Enfin, un tiers des gradué·e·s en histoire enseignent.

D’une manière générale, les diplômé·e·s en lettres travaillent fréquemment à temps partiel, voire occupent plusieurs emplois. Un grand nombre d’entre elles et eux (plus de la moitié en histoire et langues et littératures, 39% en histoire de l’art ou du cinéma) commencent une formation continue après leur Master, souvent un doctorat ou un diplôme d’enseignement pour le degré secondaire II. La transition vers le marché du travail est plus facile pour celles et ceux qui ont acquis une expérience professionnelle pendant leurs études.

* Les chiffres cités sont tirés de l’enquête sur la situation des nouvelles diplômées et des nouveaux diplômés des hautes écoles suisses sur le marché de l’emploi menée par l’Office fédéral de la statistique tous les deux ans. L’enquête ne reflète pas leur orientation professionnelle définitive, mais leur situation une année après la fin des études. Elle a été menée en 2013 auprès des personnes ayant obtenu leur Master en 2012.

Analyse: "Premier emploi après les études", CSFO, Berne, 2015

Exemples de postes occupés

Vous pouvez aussi vous insérer dans d'autres secteurs professionnels. Découvrez-les sur cette page!

 

 

Suivez nous:    

Pour aller plus loin

Que font les Alumni en Lettres après les études ?

Découvrez les résultats de l'enquête Gradué·e·s : quatre ans après les études réalisée auprès des personnes ayant obtenu un titre académique de l'UNIL en 2011.

Débouchés après l'Un​iversité

Vous trouverez également de nombreuses informations sur www.orientation.ch/débouchés.

Partagez:
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 21 30
Fax +41 21 692 21 35